allege-flaubert5

Grenoble, France Urbanisme

Projet urbain, quartier Flaubert

transformation nature parc parcjardin environnement

Le projet Flaubert est démonstrateur d’une nouvelle façon de faire la ville conjointement, sur la base de la co-construction. Il prend place dans un tissu urbain déjà constitué, très riche de par sa diversité et sa mixité fonctionnelle.

La variété des formes bâties en présence font de Flaubert une enclave originale au sein du tissu grenoblois. Ce quartier porte les traces de sa constitution historique, ancien moteur de l’économie grenobloise, et reflet d’une ville mixte et productive. L’héritage de la voie ferrée qui traverse la ville constitue le moteur du projet et devient l’itinéraire de la transition, véritable lieu de démonstration d’une ville vertueuse, conviviale et résiliente, qui amorcera la transformation de Flaubert. Aussi, le parc Flaubert, élément constituant du projet et support d’un paysage productif, récréatif, favorable à la santé, s’infiltre dans la ville et constitue l’armature principale du projet, génératrice de nouveaux usages et d’une nouvelle manière d’habiter, tournée vers des valeurs de partage et de mutualité.

  • Catégorie

    Urbanisme
  • Type de commande

    Projet

  • Programme

    Programme mixte de logements, commerces, activités et bureaux

  • Surface

    1 400 logements, 9 000 m² d’activités/bureaux, 5 000 m² d’équipements dont 1 école structure bois, 2 000 m² de commerces, 3 ha de parc public – 90 ha

  • Mission / Phases

    Élaboration d’un diagnostic, Définition du plan guide, CPAUPE, Développement urbain des secteurs et îlots en co-construction, coordination et suivi architectural, Communication, Concertation

  • MOA

    SPL Sages

  • MOE

    Sathy (mandataire) | TN Plus | OGI | Ecosistema Urbano | Res Publica | VPEAS
    Équipe de Sathy : Théo Facheux, Marguerite Wabele, Laurène Waeyer

  • Calendrier

    2016 – 2024

LE SOURIRE DE FLAUBERT

2
1
3

L’arc de la transition, aussi appelé le sourire de Flaubert, marque le point de départ du projet de transformation du quartier. Hier infrastructure ferroviaire, lieu stérile et minéral, l’arc est devenu un espace vertueux et fertile propice à la biodiversité. Cette courbe qui accueille une piste cyclable opère aussi comme un travelling de perceptions dynamiques. Désormais végétalisé, cet arc incarne bien la ville en transition et l’esprit de notre projet.

9

De frontiere a couture

7

Sur le plan initial, on constate que l’arc dessine une frontière entre le nord et le sud de la ville : elle sépare physiquement le centre-ville ancien de La Villeneuve et ces quartiers sortis de terre dans les années 70. Pendant cet immense chantier urbain, le quartier Flaubert n’a pas ou peu changé. Il se retrouve ainsi comme une unité figée, positionnée en enclave entre les deux parties. 

Cet arc autrefois symbole de cette rupture est amené à s’épaissir et se densifier par le biais de la végétation. D’un axe séparateur, il a vocation à devenir un axe fédérateur qui réunit ses rives autour d’un socle de valeurs communes, faisant ainsi de Flaubert la couture urbaine entre le nord et le sud de la ville.

Témoin d’un passé industriel riche, le territoire de Flaubert présente de nombreuses potentialités de mutation : diversité des typologies urbaines et des formes d’habitat, équipements culturels (MC2, Bifurk), centres administratifs d’ampleur (CAF, CPAM, URSSAF, DIRECCTE) s’ajoutent aux différents sites industriels en fonctionnement ou à l’état de friche. L’enjeu est de développer et favoriser la cohabitation de ces différentes richesses, tout en faisant de Flaubert un laboratoire de la ville en transition.

Mixité du tissu urbain

8

Flaubert est le reflet d’une ville mixte et productive. La quartier a hérité des stigmates de son passé industriel tout en y mêlant des espaces commerciaux et des logements. Au fil des années, il s’est aussi doté de nombreux équipements. Cette mixité crée ainsi un tissu urbain riche sur lequel s’appuie le projet de transformation.


allege-flaubert1

Dans une ambition de développement durable et d’innovation urbaine, l’utilisation de matériaux naturels et bio-sourcés est une des ambitions forte de la ZAC. Il s’agit d’utiliser des matériaux bruts pour leurs valeurs constructive, thermique et esthétique afin de privilégier une unité architecturale sobre. L’utilisation des matériaux naturels permet une isolation raisonnée du bâtiment en fonction des ouvertures, assurant un quartier sobre, vertueux et performant sur le plan thermique. Les matériaux préconisés sont le bois, la pierre, la brique, la paille, la terre crue… Plusieurs bâtiments emblématiques dans le quartier marquent déjà cette ambition.

Au delà de la volonté de construire autrement à Flaubert, c’est toute une démarche environnementale qui est développée à travers les projets architecturaux. Appliqué depuis 2016, le cahier "des Ambitions de la Ville en Transition" répertorie 8 thématiques (Mobilité, Stratégie Énergétique, Matériaux bas carbone, Usage-Santé-Confort, Gestion de l’eau, Gestion du chantier, Gestion des déchets, Intégration de la Biodiversité) dans lesquelles sont prescrites des ambitions «fermes» et des ambitions «souples» à affermir, définissant ainsi les engagements des opérateurs dans une démarche environnementale forte. 

6

Flaubert : laboratoire de la ville en transition 

L’idée est donc de favoriser les innovations aussi bien à l’échelle des matériaux utilisés, de l’architecture et de ses modes d’implantation que de la programmation (notamment des rez-de-chaussée) et que de l’urbanisme du quartier. C’est également un laboratoire urbain dans lequel le logement et l’activité se côtoient et participent tout deux à l’animation et l’économie du quartier (Village Artisanal, création de RDC actif, confortement des polarités commerciales)

190603_plan-guide_maj_plan-masse-vf-sans-ilots-low

Créer la ville-nature de demain

Autrefois quartier maraîcher aux portes du centre historique, le quartier Flaubert fait aujourd’hui figure de parent pauvre en termes de présence de nature et de biodiversité.

Les sols y ont été massivement imperméabilisés, les voies de desserte n’y ont que très peu été plantées, l’atmosphère y est relativement stérile et minérale,et on y souffre en été d’une chaleur encore plus forte qu’ailleurs. Un réseau de parcs existe pourtant : il comprend notamment les parcs Flaubert, Pompidou, Clos d’Or et Alliance. Ce paysage post-industriel appelle à une intervention massive pour répondre aux enjeux environnementaux de notre époque. L’ambition, au delà de simplement faire de la place pour la Nature, consiste ici à inventer la ville-nature de demain.


pers3